Génie des mots

Bleu comme la mer, la mère, l’amer

Tirer la pelote par le bon bout


Je me suis levée ce matin-là en entendant les cloches sonner huit heures et j'ai regardé par la fenêtre. Personne, il n'y avait personne. Encore une de ces journées où les rues seraient désertes. Les matins allaient-ils donc tous ressembler à ces dimanches mornes où, enfant, j'avais l'impression que tout s'arrêtait.
Le samedi était autrefois ma journée préférée. La promesse des plaisirs annoncés. Fini la semaine de l'école. Plus besoin d'aller s'enfermer en classe et de rester attablée à faire mes devoirs. Le samedi, je pouvais bouger, respirer, courir. Puis, alors que j'avais à peine repris mon élan de vie, le dimanche se pointait avec un air immobile et solennel.
Aujourd'hui, à l'heure du confinement, il me semble parfois que je remonte le temps. Que le dimanche s'est installé dans chacun des jours de la semaine. Les rues sont vides, le silence assourdissant et l'air de la fête a battu en retraite. Alors, moi aussi, je deviens immobile et, paradoxalement, c'est là que la magie opère. En redescendant au fond de mon être, je sens subtilement quelque chose s'animer de l'intérieur. Un je ne sais quoi qui me susurre à l'oreille tout le vivant qui m'habite et qui a aujourd'hui, enfin, tout l'espace pour s'exprimer. Cette part que le trop plein de la vie a vite fait d'oublier. Ce souffle qui, d'ordinaire, attend demain pour se faire entendre.
Dans cette vie qui s'arrête, je sens mon coeur qui bat et j'ai envie d'échanger avec des mots. De raconter, de dire, de créer des liens. J'ai envie d'utiliser le verbe pour venir à vous parce qu'un cycle commence toujours par ce qui se donne.
Etriqués, rassurants, angoissants, mémorables, les jours d'aujourd'hui seront ce que nous aurons décidé d'en faire à partir de qui nous sommes.
Signature FR

Archives

Catégories